Comment voir des Orangs-Outans à Borneo ?

borneo orangs outans kinabatangan
borneo orangs outans kinabatangan

La déforestation illégale pour la production d’huile de palme a réduit au minimum les forêts où la faune de Bornéo peut encore vivre à l’état sauvage.

La rivière Kinabatangan, dans l’État malaisien de Sabah, abrite une multitude d’espèces animales, dont des orangs-outans, des primates, des éléphants pygmées, des félins, des rhinocéros de Sumatra et une faune aviaire apparemment infinie.

L’île de Bornéo, partagée entre la Malaisie, l’Indonésie et un soupçon de Brunei, est historiquement l’expression ultime de la nature la plus sauvage, où la faune et la flore ne laissent pas un pouce à la colonisation. Aujourd’hui, victime du capitalisme le plus vorace, de la déforestation illégale et des plantations d’huile de palme, elle ne compte plus que de petites poches de vie sauvage qu’il faut rechercher.

Une grande partie des forêts originelles ont été détruites pour faire place à d’immenses plantations de palmiers destinées à produire la fameuse huile, très répandue et utilisée dans de nombreuses industries, et de plus en plus persécutée et critiquée pour ses effets négatifs sur l’environnement et la santé. D’innombrables espèces animales ont perdu leur habitat et des zones protégées, des sanctuaires et des centres de récupération de la faune ont dû être créés, parmi lesquels l’orang-outan (« orang-utan », littéralement « homme de la jungle » en malais) a été particulièrement touché.

Il est encore possible de voir des orangs-outans à l’état sauvage à Bornéo, loin des zoos. Les orangs-outans peuvent vivre et se déplacer librement dans des zones protégées où les seules limites sont les hectares de forêt.

Un paradis appelé Kinabatangan

La rivière Kinabatangan est le meilleur exemple de ce que Bornéo était et n’aurait jamais dû cesser d’être. Une réserve naturelle où la nature refuse de perdre la bataille contre la main de l’homme et où un grand nombre d’espèces animales et végétales vivent à leur manière.

Pour connaître cette rivière située dans l’État malaisien de Sabah, à quelques heures de la ville de Sandakan, il est préférable de prendre l’un des forfaits de trois jours et deux nuits proposés aux visiteurs par les guides et les hôtels locaux. En vous mettant entre leurs mains, vous êtes assuré de faire deux à trois safaris par jour, avec un contact maximal avec la nature, en partant à la recherche des animaux sauvages, appareil photo en main, au lever, au coucher et à la tombée de la nuit, les meilleurs moments pour observer les habitants de la jungle.

Safaris à Kinabatangan

La meilleure façon d’explorer le Kinabatangan à la recherche d’animaux sauvages est de naviguer sur ses eaux brunes. Un petit bateau en bois vous fera monter et descendre la rivière, pénétrant dans ses bras, tout en étant entouré d’une jungle épaisse qui ne laisse même pas passer la lumière. À vos côtés, un guide expérimenté surveille le sous-bois et là où vous ne voyez que des feuilles vertes, il commence à découvrir les animaux dans les arbres, dans les fourrés et sur les berges. Vous pouvez également participer à des safaris à pied, au cœur de la végétation, pour vous sentir totalement immergé dans le Bornéo le plus authentique, ce moment où vous regretterez d’avoir oublié votre produit anti-moustique à l’hôtel pour ne pas être victime de milliers de moustiques affamés. Mais attention, ça ne marche pas toujours.

Les animaux de Kinabatangan

Il y a peu de choses sur la planète qui ressemblent à la biodiversité de Kinabatangan. Comme dans toute expédition, il faut beaucoup de chance pour apercevoir des animaux dans la nature, mais il n’est pas difficile de croiser plusieurs familles de singes à nez retroussé, de singes macaques et même de gibbons occasionnels. Des crocodiles, des serpents, des félins et un nombre apparemment infini d’oiseaux, avec le saisissant martin-pêcheur volant de branche en branche ou les spectaculaires calaos, un oiseau endémique de Bornéo qui règne à la cime des arbres. Mais ce n’est pas tout, car l’attraction principale est constituée par les éléphants pygmées, difficiles à trouver, les rhinocéros de Sumatra, presque impossibles à voir et, bien sûr, les rares et majestueux orangs-outans, le plus grand primate arboricole de la planète. Les quelques orangs-outans qui vivent ici à l’état sauvage sont un spectacle rare, mais avec un bon guide et un peu de chance, vous pourrez rentrer chez vous en disant que vous avez vu le véritable roi de Bornéo dans son salon.

Sanctuaires et centres de récupération, l’autre option

La destruction des forêts a réduit les espaces où les animaux sauvages peuvent vivre à l’état sauvage dans des proportions inimaginables. Malheureusement, en raison de l’activité humaine, les sanctuaires et les centres de récupération pour les animaux menacés sont devenus absolument nécessaires aujourd’hui, et Bornéo en est un bon exemple. Les orangs-outans sont l’un des principaux animaux touchés par la déforestation et, pour les défendre, différents centres ont vu le jour qui, basés sur des zones forestières protégées, contrôlent, soignent et favorisent la subsistance de ce grand primate. Ici, les orangs-outans vivent en liberté, limités seulement par la taille de la forêt elle-même, et décident de ce qu’il faut faire ou ne pas faire. Les centres situés dans ces forêts étudient et enregistrent la population, et récupèrent, aident et introduisent des orangs-outans victimes de la déforestation dans d’autres régions. Deux des centres les plus importants de Bornéo sont le centre de réhabilitation de la faune sauvage de Semenggoh, près de Sarawak, dans l’ouest de l’île, et le centre de réhabilitation des orangs-outans de Sepilok, près de Sandakan, dans le nord-est de Bornéo en Malaisie.

Les fonds nécessaires à l’entretien de ces sanctuaires et à la prise en charge des animaux dépendent largement du tourisme, qui ne manque pas à Bornéo. Des voyageurs des quatre coins du monde s’y pressent pour s’informer sur leur travail de conservation et pour voir de près le célèbre et de plus en plus rare homme de la jungle. Pour que cela soit possible, comme les orangs-outans vivent à l’état sauvage, des fruits sont fournis deux fois par jour dans les arbres. Les orangs-outans peuvent ne pas se montrer si la forêt a été généreuse pour eux ce jour-là, ou ils peuvent se montrer s’ils n’ont pas trouvé la nourriture nécessaire. Peut-être qu’il y en aura un, peut-être deux, peut-être dix, mais même si aucun ne se présente, le touriste peut être heureux d’avoir contribué par son argent à la survie de ces sanctuaires.