logo antoon

Exploration du Lac Malawi: un trésor aquatique non découvert en Afrique

lac malawi lac des etoiles

Servant de frontière physique et aquatique entre la Tanzanie, le Malawi et le Mozambique, le lac Malawi est un exemple de biodiversité et un miroir de l’humanité.

Lorsque le Dr David Livingstone est arrivé dans la partie sud du lac Malawi en septembre 1859, il pensait être le premier Européen à voir de près cette immense étendue d’eau. Il se trompait, car plusieurs documents prouvent qu’un commerçant portugais s’y était déjà rendu quelque 13 ans avant le célèbre explorateur écossais.

Pour continuer dans l’absurde, il appela le lac « lac Nyasa« . « Nyasa signifiant « lac » dans la langue locale, le nom original proclamé est resté « lac Nyasa ». Il aurait été préférable qu’il lui donne un autre des noms qu’il a inventés : « lac Nyinyesi », qui signifie « lac des étoiles« , un nom qu’il a trouvé en voyant les très nombreux points lumineux qui illuminaient la surface du lac chaque nuit. Il s’agissait simplement de pêcheurs locaux qui cherchaient à gagner leur vie, mais ils créaient une atmosphère mystérieuse, belle et irréelle.

Aujourd’hui, les eaux du lac Malawi sont toujours parcourues par des bateaux de pêche artisanale. C’est le pouls d’un peuple pour qui le lac est une source de vie. Un peuple archaïque qui connaît cet environnement magnifique comme sa poche et qui est en contact avec sa biodiversité d’une manière qu’aucun voyageur ne pourra jamais comprendre.

LE LAC MALAWI, UN VASTE RÉSERVOIR D’EAU DOUCE

Si l’on nous dit que le lac Malawi mesure environ 570 km de long et 75 km à son point le plus large, avec une profondeur de plus de 700 mètres à son point le plus profond (une grande dépression au centre du lac), nous ne comprenons peut-être pas entièrement les dimensions de ce colosse d’eau douce.

Pas plus que lorsqu’on apprend qu’il est, en termes de volume, le cinquième plus grand lac du monde et le troisième d’Afrique, devancé seulement par les lacs Victoria et Tanganyika.

Mais tout s’éclaire quand on sait qu’il contient environ 7 % des réserves d’eau douce (sans compter les nappes phréatiques) de toute la planète. Il s’agit, sans aucun doute, d’un véritable puits de la Terre.

Les rivières qui l’alimentent y sont pour quelque chose, la plus importante étant la Ruhuhu, qui se jette dans le Malawi après un long périple depuis la Tanzanie.

L’une des curiosités les plus frappantes du Malawi est qu’il s’agit d’un lac méromictique, c’est-à-dire que les eaux des couches profondes du lac ne se mélangent jamais avec celles des couches superficielles. Par conséquent, les poissons qui peuplent les deux zones sont totalement différents.

UNE BIODIVERSITÉ SPECTACULAIRE

Ce sont précisément les poissons qui attirent de nombreux curieux au Malawi.

Plus d’un millier d’espèces différentes de poissons ont été recensées dans les eaux du lac. La famille qui domine nettement est celle des cichlidés (70 % du total), avec de nombreuses espèces endémiques et une variété presque infinie de tailles et de couleurs.

De plus, la grande visibilité du lac Malawi – jusqu’à 30 mètres pendant la saison sèche – en fait un endroit imbattable pour admirer cette merveille.

Les oiseaux sont également très présents, comme l’aigle pêcheur, qui survole les eaux à la recherche de nourriture dans un garde-manger presque infini.

Au niveau de l’eau, deux animaux imposent sans équivoque leur loi : les hippopotames et les crocodiles. Tous deux sont véritablement territoriaux et très dangereux pour l’homme, mais heureusement ils se trouvent plutôt dans les deltas laiteux des rivières qui alimentent le lac que dans les zones d’eau claire. De plus, les rares fois où ils s’y aventurent, ils peuvent être repérés de très loin.

LES HABITANTS DU MALAWI

Alors que les touristes ont tendance à se concentrer sur les stations balnéaires et les îles du sud du lac, les populations locales sont disséminées le long de ses rives, vivant dans des endroits modestes et continuant à vivre de la pêche, même si les grands bateaux de pêche ont dangereusement asséché cette source de subsistance au cours des dernières décennies.

Il suffit parfois de s’éloigner de quelques mètres de la dernière cabane d’un centre de villégiature occidental pour rencontrer des hommes et des femmes à la peau foncée. En raison de la barrière complexe de la langue, il n’est pas facile de se mêler à eux, mais si vous essayez de faire preuve d’humilité, de noblesse et de sincérité, les regards, les signes et les sourires vous permettront de faire une bonne partie du chemin.

Ils ne font pas que pêcher au Malawi, ils se baignent, lavent leurs vêtements, nagent, rient et s’amusent. S’ils veulent nous guider, ils nous montreront des sentiers cachés à tout œil non averti, révélant des parties totalement intactes des vastes rives du lac. Ce sont les meilleures, celles où l’homme se sent petit devant la force de la nature et doit la traiter avec le plus grand respect.

Dans la partie centrale du Malawi, il y a deux îles habitées : Likoma (un peu plus de 10 000 personnes) et Chizumlu (4 000 personnes). Ce sont des endroits où il n’y a pas de routes goudronnées et où l’électricité disparaît à 10 heures du soir. À Likoma, cependant, il y a un énorme bâtiment en pierre, de style gothique, appelé la cathédrale anglicane St Peter.

ACTIVITÉS DE PÊCHE, DE PLONGÉE ET DE NAVIGATION DANS LES STATIONS BALNÉAIRES

Dans les stations balnéaires du sud – en particulier dans la région de Cape Maclear et de Monkey Bay – et dans certaines stations du nord (Chinteche et Nkahata Bay), les voyageurs occidentaux profitent du lac Malawi comme ils le feraient dans n’importe quelle destination tropicale des Caraïbes. Il y a peu de différence entre les deux.

Le sable des plages est fin et blanc, et l’eau est cristalline. En outre, plusieurs entreprises organisent des activités sur le lac, les plus populaires étant la plongée, la plongée en apnée, le kayak et la voile.

À l’aide de palmes et d’un tuba, vous pourrez admirer la vie sous-marine colorée du Malawi. Ou bien, avec une pagaie, un canoë peut vous emmener à la découverte de criques cachées et de zones du lac qui ne sont pas accessibles par les routes goudronnées.

Les stations balnéaires sont de toutes formes et de toutes tailles. Les routards trouveront le paradis à Monkey Bay, tandis que l’hébergement de luxe sur les îles privées du lac n’est pas différent des centres de villégiature 5 étoiles dans d’autres parties du monde. Ici aussi, vous les trouverez à un prix moins élevé et dans un environnement naturel unique.

UNE CURIEUSE BATAILLE SUR LE LAC MALAWI

Le lac Malawi cache une curiosité guerrière qui attire beaucoup d’attention. Selon les historiens, la première bataille navale de la Première Guerre mondiale s’est déroulée dans ses eaux.

Le navire britannique SS Gwendolen a mis hors de combat le vapeur allemand Hermann von Wissmann lors d’une attaque surprise peu après le début de la guerre. Selon la légende, les capitaines des deux navires étaient amis et avaient partagé d’innombrables nuits d’ivresse.

Ainsi, lorsque les Britanniques ont commencé à tirer sur les Allemands, le bon vieux capitaine Berndt (l’officier supérieur du navire allemand) a pris un bateau et a ramé jusqu’au navire britannique pour voir si son ami n’avait pas trop bu. Si seulement toutes les guerres se réglaient de la sorte en ces temps où le monde semble être devenu fou.

Aujourd’hui, la paix règne sur le Malawi et, à la nuit tombée, les étoiles continuent de briller à sa surface. Ces étoiles qui, comme tout en Afrique, ont commencé à battre bien avant l’arrivée de Livingstone et de quelques Européens qui n’avaient jamais été invités à la fête.

Anthony
Anthony

Inspiré par sa grand-mère, ancienne hôtesse de l'air, il a commencé à voyager dès l'âge de 17 ans, apprenant de chaque destination visitée et partageant ses expériences avec le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *