Visiter la basilique Saint-Pierre au Vatican

vatican basilique saint pierre
vatican basilique saint pierre

La basilique Saint-Pierre est une importante basilique de la Cité du Vatican, une enclave de Rome. L’église Saint-Pierre était jusqu’à récemment la plus grande église jamais construite. Et il reste l’un des lieux les plus sacrés de la chrétienté. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, Saint-Pierre n’est pas une cathédrale – cet honneur revient à Saint-Jean-de-Latran à Rome.

Où se trouve la basilique Saint-Pierre ?

La basilique Saint-Pierre est située à Rome (bien qu’elle n’appartienne pas à son État), sur le site traditionnel où Pierre – l’apôtre qui est considéré comme le premier pape – a été crucifié et enterré. La tombe de saint Pierre se trouve sous le maître-autel et de nombreux autres papes y sont également enterrés.

Basilique Saint-Pierre : Histoire

Au 1er siècle de notre ère, le site de la basilique Saint-Pierre abritait le cirque de Néron et un cimetière. Selon une ancienne tradition, saint Pierre a été martyrisé dans le Cirque et enterré à proximité. En 324, l’empereur Constantin a commencé la construction d’une grande basilique au-dessus de la tombe. Le sanctuaire de Saint Pierre reste aujourd’hui le centre de l’église. Au milieu du 15e siècle, il a été décidé de reconstruire l’ancienne basilique.

Qui a construit la basilique Saint-Pierre ?

La construction de l’édifice actuel a commencé sous le pape Jules II en 1506 et s’est achevée en 1615 sous le pape Paul V. De nombreux artistes célèbres ont travaillé sur la construction. Michel-Ange, qui a été architecte en chef pendant un certain temps, a conçu la coupole. Et le Bernin a conçu la grande place Saint-Pierre.

Ce qu’il faut voir dans la basilique Saint-Pierre

Place Saint-Pierre

La place a été conçue par le Bernin et construite entre 1656 et 1667. Au centre de la place se dresse un obélisque de 25,5 mètres de haut, qui date du 13e siècle avant J.-C.. Il est originaire d’Égypte et a été amené à Rome au 1er siècle pour être exposé dans le cirque de Néron. Elle a été déplacée à son emplacement actuel en 1585 par ordre du pape Sixte V.

La place est délimitée par une colonnade monumentale du Bernin. Entre l’obélisque et chaque fontaine se trouve une pierre circulaire marquant les points focaux d’une ellipse. Au-dessus de la colonnade se trouvent 140 statues de saints réalisées par différents sculpteurs.

À droite de la porte sud de la colonnade se trouve Sainte Macrina, grand-mère des pères cappadociens. Il y a aussi des fondateurs d’ordres religieux tels que saint Dominique, saint François, saint Bernard, saint Benoît et saint Ignace de Loyola. Certains des apôtres se trouvent à l’autre extrémité de la colonnade, à l’extérieur de la place et le long de la rue. Près des marches de la basilique, à l’avant de la place, se trouvent des statues colossales de Saint Pierre et Saint Paul, les saints patrons de Rome.

Que symbolise la place Saint-Pierre ?

La place Saint-Pierre symbolise les bras ouverts et accueillants de la religion chrétienne envers ses fidèles. Gian Lorenzo Bernini était chargé de cette merveilleuse œuvre architecturale et il est entré dans l’histoire grâce à cette œuvre.

Extérieur de la basilique Saint-Pierre

Dôme de Saint-Pierre

Le dôme de la basilique Saint-Pierre a été conçu par Michel-Ange. À sa mort (1564), la coupole était terminée jusqu’au tambour, la base sur laquelle elle repose. Elle a ensuite été voûtée par l’architecte Giacomo della Porta et Domenico Fontana. Fontana a construit la lanterne l’année suivante, et la boule a été placée en 1593.

La grande coupole double est faite de briques et a un diamètre intérieur de 42,3 mètres, s’élevant à 120 mètres au-dessus du sol. Les quatre piliers transversaux qui le soutiennent ont chacun un diamètre de 18 mètres.

Le dôme de Michel-Ange n’est pas un hémisphère, mais une parabole. Elle a une poussée verticale, qui est accentuée par les ornements qui jaillissent des colonnes corinthiennes. Au-dessus, la coupole s’élève jusqu’à la lanterne à deux étages couronnée d’une flèche.

Façade

La grande façade de la basilique Saint-Pierre mesure 116 m de large et 53 m de haut. Il a été construit de 1608 à 1614 et conçu par Carlo Modeno. Le balcon central est appelé la Loggia des Bénédictions, et est utilisé pour l’annonce du nouveau pape et sa bénédiction Urbi et Orbi. Le relief sous le balcon, réalisé par Buonvicino, représente le Christ donnant les clés de Saint-Pierre. Il est couronné par 13 statues du Christ.

Il est couronné par 13 statues. En partant de la gauche, les statues représentent Thaddée, Matthieu, Philippe, Thomas, Jacques l’Ancien et Jean le Baptiste. Le Christ Rédempteur se trouve au centre. Puis il y a André, Jean l’Évangéliste, Jacques le Jeune, Barthélemy, Simon et Matthias.

Il y a deux horloges de chaque côté. Celui de gauche fonctionne à l’électricité depuis 1931 et sa plus ancienne cloche date de 1288. Sur la façade se trouve l’inscription dédicatoire : EN HONOREM PRINCIPIOS APOST PAVLVS V BVRGHESIVS ROMANVS PONT MAX UN MDCXII PONT VII. (En l’honneur du prince des apôtres, Paul V Borghèse, pape, en l’an 1612 et la septième année de son pontificat).

Portes

Entre la façade et l’intérieur se trouve le Portique. Au sud, elle contient une statue de Charlemagne du XVIIIe siècle, œuvre de Cornacchini. Et une sculpture équestre de l’empereur Constantin par le Bernin au nord.

La porte la plus au nord est la Porte Sainte en bronze de Vico Consorti. Traditionnellement, il n’est ouvert que pour les grandes célébrations, comme le jubilé.

La porte du centre est l’œuvre d’Antonio Averulino et a été conservée de l’ancienne basilique. Comme il était trop petit pour le nouvel espace, des panneaux ont été ajoutés en haut et en bas. Elle est connue sous le nom de Porte Filarete, d’après le surnom de l’artiste.

La porte de la mort est la porte de gauche de la basilique. Son nom provient de son utilisation traditionnelle comme sortie pour les cortèges funéraires. De grands panneaux en relief représentent la mort de Jésus et de Marie. La mort violente d’Abel, la mort sereine de Joseph et la mort du premier pape. Puis il y a la mort du pape Jean XXIII, la mort du premier martyr Étienne, la mort de Grégoire VII. Il y a aussi la « mort improvisée dans l’espace » et la mort d’une mère à la maison.

Intérieur de la basilique Saint-Pierre

Nef

En entrant, une grande dalle ronde de porphyre est visible sur le sol. Charlemagne et les empereurs romains s’y sont agenouillés pour leur couronnement devant le maître-autel de l’ancienne basilique.

L’intérieur des pilastres séparant la nef des bas-côtés présente des niches avec des statues de saints ayant fondé des ordres religieux. Il y en a 39 au total dans toute l’église, répartis de manière égale. Dans le coin nord-ouest de la nef se trouve la statue en bronze de Saint Pierre Enthronisé. Il est habillé et couronné lors des célébrations.

Allée et transept droit

Dans l’allée de droite, la vue la plus importante est la magnifique Pietà de Michel-Ange. Au-dessus de l’allée se trouve le monument de la reine Christina de Suède, qui a abdiqué en 1654 pour se convertir au catholicisme. Plus haut, on trouve les monuments des papes Pie XI et Pie XII et l’autel de Saint Sébastien.

À mi-chemin du transept se trouve la grande chapelle du Saint-Sacrement. Celle-ci est exposée pour l’adoration continue des fidèles. C’est un lieu rare de silence et de tranquillité dans une basilique pleine de touristes.

À l’intérieur de la chapelle, le sacrement est enchâssé dans un tabernacle en bronze doré conçu par le Bernin. Elle comporte des statuettes des douze apôtres sur la corniche et une statuette miniature de Jésus dans le dôme. Elle est incrustée de lapis-lazuli et flanquée de deux anges en bronze doré. Derrière l’autel se trouve une peinture à l’huile de Pietro da Cortona représentant la Trinité. C’est la seule peinture sur toile de toute la basilique.

Plus loin dans l’allée de droite se trouvent des monuments à la mémoire des papes Grégoire XIII et Grégoire XIV. Le transept droit contient trois autels, Saint Wenceslas, Saint Processius et Saint Martinianus, et Saint Erasme. Il y a aussi le corps du pape Jean XXIII dans une boîte en verre sous l’autel de Saint-Jérôme.

Autel papal

À l’intersection des transepts se trouve le point central de l’intérieur, le baldacchino. Ce pavillon monumental abrite l’autel papal et les reliques de saint Pierre. Il est composé de 927 tonnes de bronze foncé accentué de feuilles de vigne dorées. Elle est haute de 30 mètres. Elle a été créée par Lorenzo Bernini sous la direction du pape Urbain VIII.

Les colonnes en spirale tirent leurs formes des colonnes du baldacchino de la basilique Saint-Pierre originale construite par Constantin. Les chérubins sont répétés dans tout le monument, donnant un effet général d’Arche d’Alliance.

La confession

Au pied de l’autel papal se trouve la chapelle de la Confession, datant du XVIIe siècle, qui doit son nom à la confession de saint Pierre ayant conduit à son martyre. La niche contient un coffre en argent contenant des textiles appelés « pallium ». Ils sont tissés à partir de la laine d’agneaux bénis lors de la fête de Sainte Agnès et sont offerts aux patriarches et aux métropolitains pour rappeler l’unité de l’Église.

Derrière le coffre se trouve une mosaïque du Christ du 8e siècle, placée ici par le pape Léon III. Dans sa main gauche, le Christ tient une Bible ouverte sur l’Évangile de Jean, portant l’inscription latine : « Je suis le chemin de la vérité et de la vie, celui qui croit en moi vivra ».

Les quatre piliers de la basilique Saint-Pierre

Autour du baldacchino se trouvent quatre grands piliers qui soutiennent l’énorme coupole de la basilique Saint-Pierre. Chaque pilier possède une grande niche à sa base avec une statue colossale d’un saint. Celles-ci représentent chacune des quatre reliques majeures de la basilique.

Au nord-ouest, Sainte Hélène, mère de Constantin, tenant une croix. Elle représente la relique de la vraie croix trouvée par le saint à Jérusalem.

Nord-est Saint Longinus, le soldat romain qui a planté une lance dans le côté du Christ lors de la crucifixion. Il s’est converti et a ensuite été martyrisé (la relique est la lance).

Au sud-est, Saint-André, avec la marque de la croix diagonale sur laquelle il a été martyrisé. La relique est la tête d’André, qui a été rendue à l’Église orthodoxe grecque.

Sainte Véronique du Sud-Ouest avec le voile que le Christ a utilisé pour s’essuyer le visage sur le chemin du Calvaire. La relique est le voile de Veronica.

Les reliques sont conservées sur le podium de Sainte Véronique et ne sont exposées que pendant la semaine sainte. Les balcons au-dessus des niches sont flanqués de colonnes en spirale du 4ème siècle et contiennent des reliefs représentant les reliques.

Cathedra (Trône) de Saint Pierre

À l’extrémité ouest de la basilique se trouve la tribune, qui est centrée sur la chaire de saint Pierre. Le monument en bronze doré a été conçu par le Bernin pour entourer un trône en chêne offert par le souverain carolingien Charles le Chauve en 875. Les pieds du trône sont décorés de bandes d’ivoire. Les 18 plaques d’ivoire sur le devant de la chaise représentent les 12 travaux d’Hercule et six monstres.

Le monument est couronné par une fenêtre jaune où figure le Saint-Esprit sous la forme d’une colombe entourée de 12 rayons, symbolisant les apôtres. À droite de la chaise se trouvent saint Ambroise et saint Augustin (pères de l’Église latine). À gauche, saint Athanase et saint Jean Chrysostome (pères de l’Église grecque). Sur le mur de droite se trouve le monument au pape Urbain VIII et sur le mur de gauche, le monument à Paul III.

Transept et couloir gauche

Au bout de l’allée de gauche se trouve la chapelle de Notre-Dame de la Colonne, côté sud. Elle est encadrée par des colonnes de marbre et d’albâtre. Sous l’autel se trouve un sarcophage du 4ème siècle contenant les restes des papes Léon II, Léon III et Léon IV.

À gauche de l’autel, dans la même chapelle, se trouve l’autel du pape saint Léon le Grand. C’est le seul retable en marbre de la basilique. Elle dépeint la célèbre rencontre de Léon avec Attila le Hun, qui était sur le point d’attaquer Rome.

Dans la direction de l’entrée se trouve le Monument au Pape Alexandre VII. La porte ci-dessous symbolise la porte de la mort. Il est flanqué à droite d’une statue représentant la Vérité ou la religion, posant son pied sur un globe. Trois autres personnages représentent la Charité, la Prudence et la Justice. Le transept gauche contient les autels de la Crucifixion de Saint Pierre.

Il y a aussi le Monument au Pape Pie VIII. Le pape est représenté agenouillé en prière, accompagné d’une statue du Christ trônant et de statues de Sts. Pierre et Paul. La porte située sous le monument est l’entrée de la sacristie et du musée du Trésor.

À l’est du transept se trouve la chapelle Clémentine, qui contient l’autel du pape Saint Grégoire le Grand. Le retable représente un miracle au cours duquel saint Grégoire a utilisé un couteau pour faire couler le sang d’un tissu corporel. Sous l’autel se trouve la tombe de Grégoire, que l’on peut voir à travers une grille.

La dernière est la chapelle de la Présentation, qui est centrée sur l’autel de la Présentation de Marie. Le retable montre la jeune Marie présentée au Temple par ses parents. Sous l’autel se trouve le corps du pape Saint Pie X. Son visage et ses mains sont couverts d’argent.
Autres chapelles de la basilique Saint-Pierre

Après la chapelle, sur la droite, se trouve le monument au pape Benoît XV. On y voit le pape en prière fervente, agenouillé sur une tombe commémorant la Première Guerre mondiale. La tombe est recouverte de branches d’olivier, symboles de paix. Au-dessus de la statue se trouve Marie, qui présente Jésus, Prince de la paix, au monde en feu.

À sa gauche, à la sortie, se trouve le Monument aux Mages. Elle commémore le roi Jacques III qui a vécu en exil à Rome et ses deux fils Charlie et Henry. Il marque l’endroit dans les grottes en contrebas où sont enterrés les trois membres de la maison royale des Stuart.

À côté se trouve la tombe de Maria Clementina Sobieska, une princesse qui a reçu l’honneur rare d’être enterrée à Saint-Pierre, normalement réservé aux papes et aux saints. Elle a gagné cet honneur grâce à sa croisade pour la foi catholique. La statue principale est la personnification de la Charité et un ange tient un portrait en mosaïque du défunt.

Il y a aussi le Baptistère. Un couvercle en porphyre provenant d’un sarcophage du IVe siècle est utilisé comme fonts baptismaux.

Crypte de la basilique Saint-Pierre

La crypte située sous la basilique est à ne pas manquer. Elle contient des traces architecturales des églises précédentes ainsi que les tombes d’autres papes. La tombe du premier pape, saint Pierre, présente un intérêt particulier pour les visiteurs et les pèlerins.

Les reliques ont été la destination de millions de pèlerins tout au long de l’histoire du christianisme. En outre, il est très probable que les reliques soient authentiques. Un mur de verre à l’extrémité de la crypte permet de voir les reliques sous l’autel. Il existe une chapelle dans laquelle des services religieux spéciaux sont organisés.