La route touristique du Champagne

champagne route touristique
champagne route touristique

A l’est de Paris, la région Champagne-Ardenne est un amalgame de paysages et d’histoire, où la France a laissé de nombreux témoignages et où la nature sait s’offrir chaleureuse et grandiose. Le tout sous le signe du plus grand des vins : le champagne.

Il y a deux tombes très visitées dans cette zone. L’un d’eux se trouve à Colombey-les-deux-Eglises, dans son cimetière municipal, et appartient à l’un des hommes qui ont donné à la France sa plus grande gloire : le général Charles de Gaulle. L’autre est quelque peu cachée dans la lointaine abbaye de Hautvillers, près de Reims, et tient compagnie à Sainte Hélène, la mère de Constantin le Grand qui découvrit la Sainte Croix à Jérusalem. C’est la sépulture de Dom Pierre Pérignon, un abbé bénédictin qui ne s’est pas distingué par sa sainteté, mais pour avoir découvert « par hasard » ce que beaucoup considèrent comme le roi des vins : le champagne, synonyme de fête, de bien-être et de plaisir.

Parcourir cette région méconnue, c’est bien sûr pénétrer les secrets de fabrication de l’or liquide, dans des paysages vallonnés où les vignes s’étalent sous le poids de leurs fruits ; mais c’est aussi remonter au Moyen Âge et découvrir des villes ancrées dans le temps, entrevoir des flèches gothiques qui s’élèvent verticalement vers le ciel comme les bulles du champagne.

La route touristique du Champagne relie Reims à Troyes, en passant par des villes nichées dans les vignobles. Tout au long de l’année, plus de 50 producteurs accueillent les visiteurs et leur font découvrir les secrets de la fabrication du vin. Tous racontent, avec de légères variations, l’anecdote dans laquelle l’abbé Dom Pierre Perignon prévient ses confrères qu’il a découvert par hasard un vin à mousse. Descendez, mes frères, cria-t-il en exultant, il y a un vin avec des petites étoiles dedans », quand il vit dans la cave des bouteilles cassées produites par une seconde fermentation au printemps.

Vous pourrez y découvrir l’alchimie magique du vin des rois dans les caves de Moët & Chandon, Mercier, Drappier, G.H Mumm & Cie, Piper-Heidsieck, Vranken Pommery, Veuve-Clicquot, Ponsardin – de gigantesques cathédrales souterraines – et déguster les vins de la région (pas seulement le champagne), qui émerveillent le palais et tous les sens. Les vignerons, qui font office de guides spontanés, racontent tous les secrets des trois cépages les mieux adaptés au sol et au climat : le Pinot Noir, réputé pour donner du corps aux vins ; le Pinot Meunier, recherché pour son goût fruité et sa capacité à accélérer le processus de maturation ; et le Chardonnay, avec ses grappes blanches et sa finesse exceptionnelle.

Un séjour en Champagne-Ardenne apporte toujours la joie de ses bulles, le plaisir de ses saveurs et la jouissance de ses arômes. Mais cette région offre bien plus que des vignobles et des établissements vinicoles de renom. L’histoire, l’art, la culture et un environnement naturel riche en rivières, lacs, forêts et canaux attendent le voyageur.

Son patrimoine culturel et artistique est immense : châteaux, cathédrales, églises, villes médiévales comme Troyes, qui conservent encore leurs façades à colombages et leurs forteresses, aussi impressionnantes qu’imposantes, ou la ville fortifiée de Langres, patrie de Diderot, le fondateur de l’Encyclopédie, qui conserve de belles maisons Renaissance enserrées par quatre kilomètres de remparts.

Et si le champagne coule dans les veines de la terre – des kilomètres de caves creusées sous terre – l’eau coule dans la peau de ses paysages verts et boisés. Des rivières navigables et plus de 10 000 hectares de lacs et de réservoirs, peuplés d’une multitude d’oiseaux et entourés de paysages spectaculaires, constituent le cadre unique où vous pourrez profiter d’une croisière fluviale, pratiquer toutes sortes de sports nautiques, savourer la vie naturelle en observant la faune ou profiter du tourisme rural en vous promenant sur l’un des nombreux itinéraires de la région.

La cité des rois

On dirait que cette région est habituée aux miracles. Bien avant que le vin ne se transforme en étoiles, le pouvoir divin était établi à Reims. Cela s’est passé en 496, lors du baptême de Clovis, roi des Francs. Cet événement a marqué la ville, qui est devenue le lieu de couronnement des rois de France.

Il suffit de regarder la majesté de la cathédrale Notre-Dame pour comprendre l’importance de ce choix. Des sculptures finement ciselées, des fenêtres hautes et des rosaces ornées d’impressionnants vitraux. Tout ici impose le respect. Et bien que Reims ait été en grande partie détruite pendant la Première Guerre mondiale, elle a réussi à conserver la grandeur de cette époque glorieuse. Ce n’est pas pour rien que l’UNESCO a inscrit quatre monuments sur sa liste du patrimoine mondial : la cathédrale, le palais du Tau, la basilique et l’ancienne abbaye romane de Saint-Rémi, aujourd’hui transformée en musée d’art et d’archéologie.

Le Rond-Point Pommery est l’entrée d’un monde souterrain creusé par les vignerons et étendant ses tentacules à travers des centaines de tunnels. C’est le meilleur endroit pour une première dégustation et une introduction à la saveur caractéristique de cette riche province.

En quittant Reims, vous entrez dans les terres viticoles de la vallée de la Marne toute proche, où le champagne semble couler à flots. Les luxueuses demeures et églises de la région se sont développées au rythme des bulles. La ville d’Epernay est considérée comme la capitale du champagne, car l’avenue principale est bordée par les sièges des entreprises les plus importantes. Un musée consacré à la production du célèbre vin mousseux fournit les informations historiques les plus importantes.

Pour un point de vue différent, il est intéressant de faire une petite croisière sur la Marne. Les vignes qui couvrent les vignobles glissent doucement le long des deux rives. Sur les hauteurs, la forteresse de Boursault dévoile ses tours. Vue d’en haut, la région est également extraordinaire. Les parcelles striées des vignobles sont clairement visibles et les châteaux cachés dans les bois font enfin leur apparition. Quelques chanceux pourront les apercevoir depuis des montgolfières sur un parcours unique.

La route qui mène à Châlons-en-Champagne, capitale de toute la région, est marquée par l’histoire douloureuse de ces vastes terres qui ont connu des combats acharnés lors des deux guerres mondiales. Les cratères d’obus, les vestiges des tranchées, les mémoriaux et les cimetières rappellent ce triste passé. Néanmoins, elle a conservé le charme discret d’une ville de province. Les maisons à colombages côtoient des habitations plus bourgeoises faites de plâtre et de briques rouges.

La ville médiévale de Troyes est la perle de la région. L’ancien mur d’enceinte qui l’entourait avait curieusement la forme d’un bouchon de champagne, ce qui était prémonitoire, car il n’avait pas encore été inventé. La ville a conservé ses maisons du XVIe siècle, une architecture à colombages typique de la campagne champenoise. Les travaux de restauration en cours ont mis à nu cette structure originale, qui est remplie de briques. La Torre del Orfebre (tour de l’orfèvre) et la Casa del Panadero (maison du boulanger), qui conservent les petites poulies avec lesquelles les marchandises étaient montées, sont les meilleurs exemples de ce style original. On y trouve neuf églises, toutes différentes, et plusieurs musées intéressants : Art moderne, Pharmacie, Maison de l’outil, entre autres.

Un processus minutieux

Au sud de Troyes se trouve la Côte des Bar qui doit sa réputation au champagne qui y est produit. Les vignobles couvrent les flancs des collines. Les visiteurs découvrent ce pays de villages fleuris le long de la Route. Quelle que soit la saison, il y a toujours une leçon à tirer des vignerons, qu’ils sont heureux d’offrir. Une visite du domaine viticole, suivie d’une dégustation de vin, est donc à ne pas manquer.

Dans cette région, quelque 25 000 hectares de vignobles produisent les raisins les plus sélectionnés, qui doivent respecter les règles strictes de l’appellation Champagne. Aucun autre vin mousseux en France ou dans le reste du monde ne peut se targuer d’une telle qualité. Ils peuvent à peine mentionner qu’ils utilisent la méthode champagnoise. Les célèbres vignes poussent sur le sol calcaire et ont besoin d’une température annuelle moyenne d’au moins 10 degrés Celsius pour survivre. Il n’est donc pas étonnant que le paysage soit parsemé de gigantesques pales de ventilateurs qui empêchent les vignes de geler lorsque la neige arrive.

À l’intérieur de la cave, la première chose que l’on mentionne est qu’une grande partie des raisins utilisés sont noirs, notamment le Pinot Noir, qui est pressé dans les pressoirs larges avec une grande délicatesse pour obtenir un moût blanc, sans le tacher du rouge de la peau. Les explications se poursuivent avec les différents processus de vinification jusqu’à ce que les bouteilles soient déposées dans un labyrinthe de tunnels.

Le miracle des bulles fait partie d’un processus naturel, dû au climat frais de la Champagne et à la courte période de croissance des vignes. Les vendanges ont lieu à la fin de l’automne, ce qui donne des raisins pleins de sucre, que les levures ne transforment pas entièrement en alcool. Au printemps, le processus se déroule à l’intérieur de la bouteille, créant des bulles de dioxyde de carbone qui sont piégées dans la bouteille. Puis, dans la fraîcheur de l’obscurité, il vieillit pendant trois à huit ans. Au départ, de vastes paysages attendent le voyageur.

Dans toute la région, histoire et nature se mêlent, art de vivre et gastronomie forment une philosophie à laquelle le champagne n’est pas étranger. Comme les bulles qui montent dans le verre, une visite des plus belles caves à Champagne est toujours savoureuse et pétillante.

Tout sur le champagne

Le champagne est l’une des boissons les plus célèbres consommées par les gens du monde entier. Environ 300 millions de bouteilles sont vendues chaque année, ce qui suffit à remplir environ 2 milliards de coupes de champagne. Toutes les deux secondes, une bouteille est débouchée quelque part dans le monde.

C’est le vin de fête par excellence, aussi bien lors des mariages, des baptêmes et des communions, que des naissances, des anniversaires et des mises à l’eau. Le fait que la bouteille ne se brise pas lorsqu’elle heurte la coque, comme ce fut le cas pour celle du Titanic, qui est restée intacte après la violente collision, est un signe de mauvais augure.

De nature libertine, elle peut être bue « au nez » par un pilote de course, mais aussi être avalée sans respect (et presque toujours dans un gobelet en plastique) par les gagnants des loteries.

Le nom de son inventeur, Dom Pérignon, a donné son nom à la réserve la plus célèbre et la plus chère de la maison Moët et Chandon, propriétaire depuis 1822 de l’abbaye où est née l’invention et aujourd’hui étape obligatoire de toute visite touristique dans la région.

La bouteille utilisée pour les vins mousseux est spécialement conçue (Eugene Digby) pour résister à la pression générée par le gaz carbonique libéré par les levures lors de la fermentation secondaire, c’est pourquoi ses parois sont beaucoup plus épaisses.

La période de repos d’une bouteille de champagne varie de 15 mois (la période minimale réglementée pour les vins jeunes) à près d’une décennie pour Krug. Pendant des mois, les bouteilles sont « tapées » (pour enlever les lies) et placées sur des pupitres perforés, le bouchon incliné vers le sol. Dans ce nouvel emplacement, elles sont remuées alternativement dans le sens des aiguilles d’une montre et dans le sens inverse, et en même temps elles sont inclinées dans leur position. Ce processus prend environ 21 jours en Espagne, et presque deux fois plus longtemps en Champagne. Un bon spécialiste peut transformer environ 14 000 bouteilles par jour.

Avant d’ouvrir une bouteille, il faut la tenir avec un chiffon propre pour éviter qu’elle ne glisse. On enlève d’abord le papier ou la feuille d’aluminium qui recouvre le goulot de la bouteille, puis le « filet » ou le fil de fer qui recouvre le bouchon. Tenez le bouchon et tournez-le lentement sans changer le sens de la rotation, pour éviter que le bouchon ne se casse. Il ne faut jamais le laisser sortir tout seul.

Comme il s’agit d’une boisson qui se boit très froide (entre 5º-8º), les verres ne doivent pas être trop remplis pour éviter qu’elle ne perde ce degré de fraîcheur. Le verre doit être de type flûte, et les verres plats et larges doivent être écartés.