Pourquoi Oradour-sur-Glane est connue ?

oradour sur glane massacre
oradour sur glane massacre

Oradour-sur-Glane est une ville et une commune française dans laquelle un massacre a été perpétré par la 3e compagnie du 1er bataillon du régiment Der Führer. Dans cet article, nous ferons un compte rendu détaillé de ce qui s’est passé lors de cette attaque, de son historique et plus encore.

Où se trouve Oradour-sur-Glane ?

Oradour-sur-Glane est une ville et une commune française située dans le département de la Haute-Vienne, en région Nouvelle-Aquitaine. Il a été construit loin de son site d’origine après la Seconde Guerre mondiale, lorsqu’il a été l’objet d’une attaque le 10 juin 1944 par la division SS Das Reich. L’officier SS et criminel de guerre nazi Heinz Barth est l’auteur de cet événement.

Que s’est-il passé à Oradour-sur-Glane ?

Le massacre d’Oradour-sur-Glane est le résultat d’une attaque menée par des membres de la 3e compagnie du 1er bataillon du régiment Der Führer de la division SS Das Reich de la Waffen-SS du Troisième Reich sur des civils innocents à l’intérieur de la communauté le 10 juin 1944, alors que se déroulait la bataille de Normandie pendant la Seconde Guerre mondiale.

En 2019, on savait seulement que le nombre de victimes était de 642 personnes, en comptant 190 hommes abattus, 245 femmes et 207 enfants mitraillés et brûlés dans l’église, dont 18 Espagnols, presque tous les habitants ont été anéantis. Cependant, la même année, une autre victime a été identifiée, grâce aux recherches effectuées par David Ferrer Revull : l’Aragonaise Ramona Domínguez Gil, la 19e Espagnole.

En outre, la ville a vu la plupart de ses infrastructures et de ses bâtiments détruits par les pillages et les incendies, la laissant complètement en ruines. Les quelques survivants de l’attaque s’échappent et se réfugient dans l’abbaye de Munch, qui possède des douves et un pont-levis. Les moines qui s’y trouvaient ont aidé les mères et les enfants, ainsi que six Juifs, à s’enfuir dans l’obscurité totale en descendant le long d’une canalisation de près de 800 mètres.

Grâce aux témoignages des survivants, il a été possible de reconstituer les événements, mais la mort ou la disparition lors de combats ultérieurs de la plupart des soldats et des officiers qui ont participé au massacre, a contribué à l’élaboration de théories sur les raisons pour lesquelles ce village a été attaqué par les soldats, celle qui a le plus de sens est celle qui parle du meurtre d’un capitaine SS, dont la mort est survenue dans son véhicule par les partisans avec une grenade.

En tout état de cause, Oradour-sur-Glane n’a aucun lien direct avec les événements de la guerre, et pourtant il a été le lieu de la terreur et de la violence nazies dans le cadre de la politique de guerre totale, pratiquée dans le quartier ouvert de l’Est depuis 1941. Tout cela a été fait dans le but d’intimider l’opposition de la population civile et l’action des partisans et des guérilleros, qui étaient rassemblés en France sous le nom de la soi-disant Résistance.

Une fois la guerre terminée, les ruines de cette communauté ont été conservées en l’état par ordre du gouvernement français de Charles de Gaulle, afin de rappeler ce qui s’est passé et les dommages causés par l’occupation nazie, tout comme d’autres villages européens qui ont fait l’objet d’attaques similaires, tels que Lídice ou Marzabotto, dont on a trouvé un extrait sur les événements survenus dans la localité :

Oradour-sur-Glane est le symbole des malheurs de la patrie. Son souvenir doit être préservé, car il est nécessaire qu’un tel malheur ne se répète plus jamais.

Histoire du massacre d’Oradour-sur-Glane

Le 5 juin 1944, Heinz Lammerding remet au Haut Commandement du 58e Corps un rapport sur la résistance opposée par ce que le corps nazi appelle un « groupe terroriste ». Dans ce rapport, Lammerding propose formellement une série de représailles et d’actions contre les « criminels » de la Résistance, en l’isolant de la « communauté nationale » et en la rendant responsable de la répression.

Le 7 juin, les forces FTP attaquent la garnison allemande de Tulle, composée de soldats du 95e régiment de sécurité, et prennent le contrôle de la ville. Le lendemain, la nouvelle de l’altercation à Tulle arrive et, la ligne de front de la bataille de Normandie étant ouverte, le haut commandement décide de déplacer la division Das Reich de Montauban, avec la 189e division d’infanterie, afin de prendre le contrôle du 66e groupe de réserve, dans le secteur de Tulle et Limoges, pour frapper un grand coup.

Le même jour, le groupe de combat atteint la ville de Tulle, où un bataillon de reconnaissance du régiment Der Fuhrer sous le commandement du Major Heinrich Wulff est en route. Après avoir repris le contrôle de la ville, 39 corps d’Allemands morts ont été découverts, ce qui a nécessité des représailles.

Le lendemain, sous la supervision du commandant Aurel Kowatsch, des civils français sont arrêtés au hasard et condamnés à être pendus à des balcons, des arbres et des lampadaires dans différents quartiers de la ville afin de faire une exposition de leurs corps, 20 hommes du service de garde-barrière sont fusillés et des centaines sont arrêtés pour être déportés en Allemagne Lammerding déclare que lorsqu’il apparaît à Tulle.

L’action de représailles avait déjà été entreprise, prétendant qu’une telle décision avait été prise par le major Wulff ou par l’officier Albert Stuckler. Au fil des jours, les affrontements entre les résistants et les unités du Das Reich se multiplient dans le secteur de Tulle.

Plus tard, la réalisation des propositions de Lammerding, le 5, a lieu lorsque le commandement de Das Reich émet l’ordre du jour connu sous le nom de : « Attitude envers les bandes de guérilla et tactique pour leur combat », qui spécifie l’étendue et le degré de la réponse minimale aux actions de la résistance.

Pour le chercheur Keith Comess, cette action et d’autres actions entreprises par le haut commandement allemand, l’OK-West, ont été responsables du déclenchement de la mise en œuvre sur le front occidental des stratégies répressives qui avaient déjà été mises en œuvre les années précédentes par la Waffen-SS sur le front oriental et en particulier par Das Reich.

Un peu au nord de la région de Limoges, différentes unités ont pris position dans diverses parties du district de Rochechouart, se situant à Rochechouart même, dans la commune d’Oradour et dans la commune de Saint-Junien.

A Rochechouart, il y a également eu certains événements de la part de la Waffen-SS sans aucune action de la part de la résistance, qui a quitté son village après avoir appris l’arrivée des unités de la Waffen-SS. Cependant, le maire a été capturé pour être interrogé, les véhicules privés ont été fouillés, et tous les résidents de la communauté qui protestaient ont été confrontés à la violence.

Le lendemain matin, depuis un nid de mitrailleuses situé dans une tour du village, plusieurs coups de feu sont tirés sur des passants et des paysans, entraînant la mort d’une vieille femme, tandis qu’un détachement de Rochechouart attaque un ouvrier qu’il accuse d’être lorrain, dans le petit village industriel voisin de Saillat.

Parallèlement à toutes ces actions, des réunions ont lieu entre les officiers supérieurs de la Waffen-SS et la milice française de Limoges, qui décident d’organiser l’action sur Oradour-sur-Glane, profitant de la mobilisation de la division de Saint-Junien à Nieul, où elle est attendue la nuit suivante.

La réponse de l’armée allemande au débarquement de Normandie du 6 juin 1944 et à la bataille qui s’ensuit entraîne la mobilisation d’unités de réserve, placées en différents endroits de l’intérieur de la France, ce qui provoque une exposition sur une route du front de Normandie, ainsi que le harcèlement d’une partie des forces de la Résistance dans leur travail de sabotage et de soutien aux forces alliées.

La division SS Das Reich, vétéran du front de l’Est, commence la mobilisation à partir de la région de Toulouse, mais après avoir atteint la région du Limousin, où l’activité des maquis est la plus intense, plusieurs de ses unités sont appelées pour une opération de « nettoyage », conformément aux techniques de répression et de terreur de la population civile appliquées par les SS dans les régions d’Europe de l’Est.

Motifs

Comme mentionné ci-dessus, l’ensemble de l’événement d’Oradour-sur-Glane a pu être reconstitué à partir des témoignages des quelques survivants de ce massacre. Cependant, comme les corps sans vie de soldats allemands ont été retrouvés plus tard, des hypothèses ont été émises quant aux raisons pour lesquelles ce village a été attaqué.

Le motif le plus solide de ces actions est le meurtre d’un capitaine SS, dont le corps a été retrouvé dans un véhicule par les partisans, sa mort étant soupçonnée d’avoir été causée par une grenade. Cependant, la réalité est que la communauté d’Oradour-sur-Glane était loin d’être proche des autres actions de la guerre.

10 juin 1944

Tout ce qui s’est passé au cours de cet affrontement peut être reconstitué à partir des récits des quelques civils survivants qui ont été témoins directs du massacre depuis différentes parties du village, et qui ont été diffusés depuis par de nombreux médias internationaux.

Un peu après deux heures de l’après-midi, coïncidant avec l’heure du déjeuner, une colonne d’une dizaine de véhicules, trois camions et deux véhicules blindés semi-chenillés apparaît à l’entrée d’Oradour-sur-Glane depuis la route de Limoges, et une partie des 150 soldats commandés par Otto Dickmann, vêtus de treillis de camouflage, commencent leur déploiement dans le centre ville tandis que les blindés se mettent en position devant l’église.

Les militaires recherchent le « tambour de ville », Jean Depierrefiche, un forgeron, afin qu’il puisse parcourir les rues et convoquer tous les gens sur la place du marché pour le contrôle de leurs documents d’identité. Dans le même temps, d’autres soldats sont allés chercher des voisins chez eux ou sur leur lieu de travail, amenant certains d’entre eux brutalement et grossièrement au point de rassemblement sans autre considération.

Les malades sont tirés de leur lit en pyjama, ou le boulanger Marcelin Thomas est amené alors qu’il porte encore de la farine, et un poste de commandement est installé dans sa maison d’où est commandée la manœuvre de regroupement, exécutée avec discipline et méthode.

Après une vingtaine de minutes et alors que la place était pleine de monde, y compris d’enfants, le commandant est allé avec son interprète parler au maire d’Oradour. A ce moment-là, le commandant a accusé le village entier d’être un dépôt d’armes pour la guérilla, et Dickmann lui a ordonné de sélectionner 30 otages.

Le maire lui a répondu que tout ce qu’il prétendait était faux, car il n’y avait rien de tel dans la ville, mais il s’est néanmoins mis à sa disposition. Les Waffen-SS ont commencé à séparer les enfants, les femmes et les hommes en groupes pour les emmener à la périphérie de la ville, tandis que les autres étaient retenus et conduits dans l’église.

Cette procédure n’était pas terminée lorsqu’on entendit une grenade exploser et qu’on vit de la fumée s’élever de l’église, déclenchant une réaction de panique chez les femmes et les enfants, mais les Waffen-SS réagirent en les abattant avec des fusils automatiques, le seul survivant étant Madame Rouffanche qui put s’échapper par une fenêtre.

Dans la semaine qui a suivi le massacre, le magazine Time en a fait état et en a publié le récit, identifiant le régime responsable et alléguant une confusion entre le village d’Oradour-sur-Glane et celui d’Oradour-sur-Vayres, situé à une trentaine de kilomètres au sud-est, où se trouvait effectivement un dépôt d’armes du Maquis.

A quoi ressemble le village d’Oradour-sur-Glane aujourd’hui ?

Ensuite, en 1953, au cours d’une audience qui a duré environ un mois, les 65 soldats survivants de l’unité de la Waffen-SS ont été traduits en justice, accusés d’avoir participé au massacre. 21 seulement de ce groupe ont pu être traduits devant le tribunal, 14 Alsaciens et 7 Allemands, les autres n’ont été jugés que pour leur rébellion.

Pour le meurtre des 642 habitants d’Oradour-sur-Glane, seuls deux accusés sur l’ensemble du groupe ont été condamnés à mort, en plus de tous ceux jugés par contumace, y compris l’Obersturmfuhrer Heinz Barth. Les autres, à l’exception d’un cas d’acquittement, ont été condamnés à purger leur peine en prison ou aux travaux forcés.

L’ensemble de la procédure a provoqué une scission en France. Les verdicts ont provoqué d’intenses protestations en Alsace, tandis que dans le Limousin, des sanctions sévères ont été exigées. Les protestations en Alsace aboutissent à ce que l’Assemblée nationale approuve, le 19 février 1953, une amnistie pour les malgré-nous du procès, qui sont immédiatement libérés, à l’exception des condamnés à mort.

Les cinq Allemands ont vu leur peine réduite et ont été libérés quelques mois plus tard. Les deux condamnations à mort ont été échangées contre la prison à vie en septembre 1954, et les deux hommes ont été libérés en 1959. Ceux qui ont été jugés par contumace (à l’exception de Barth) n’ont pas eu de problèmes avec ce qui a suivi.

La constitution du Centre de la mémoire d’Oradour-sur-Glane a débuté à la fin des années 1980, lorsque le projet a été présenté sous les auspices des autorités régionales et à l’initiative de l’Association nationale des Familles des Martyrs d’Oradour-sur-Glane.

Le 16 juillet 1999, le bâtiment du Mémorial a été inauguré dans un style contemporain à l’image d’autres centres similaires en France. Il dispose d’un espace d’exposition permanent et de salles attenantes pour les expositions temporaires.

Déjà au début de l’année 2002, le bâtiment a été visité par plus de 300 000 personnes. Parallèlement, le centre coopère également avec d’autres organisations internationales, comme le Service autrichien de la mémoire.